Défendre les femmes dans le cadre des interventions du Fonds mondial pour l’assainissement

Date: 9th March 2017

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 8 [name] => Global Sanitation Fund [slug] => globalsanitationfund [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 8 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 121 [filter] => raw [term_order] => 3 [cat_ID] => 8 [category_count] => 121 [category_description] => [cat_name] => Global Sanitation Fund [category_nicename] => globalsanitationfund [category_parent] => 0 ) )

Dans le cadre des festivités organisées cette semaine à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le site wsscc.org met en lumière le travail effectué par le WSSCC en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes et des filles.

Le Fonds mondial pour l’assainissement (GSF) du WSSCC joue à cet égard un rôle central. Actif dans 13 pays, il vise à stimuler la réalisation de l’objectif de développement durable 6.2 — assurer l’accès de tous à des services d’assainissement et d’hygiène, en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles et des personnes en situation vulnérable.

Les programmes financés par le GSF engagent les femmes à tous les niveaux — représentantes du gouvernement, personnel de programmes de pays, coordinatrices nationales du WSSCC, membres de groupes de femmes, défenseures et responsables communautaires, ainsi que membres du WSSCC. Les programmes sont conçus — ou modifiés à l’aide de données probantes tirées d’études du GSF — pour tenir compte des dimensions d’égalité des sexes et d’équité.

Les exemples suivants illustrent le rôle joué par le Fonds en matière d’inclusion des femmes dans les efforts d’amélioration de l’assainissement et de l’hygiène pour tous :

Promouvoir la gestion de l’hygiène menstruelle et les installations favorables à l’égalité des sexes

Credit: WSSCC/Javier Acebal

L’année dernière, reconnaissant les problèmes d’inégalités et de discrimination auxquels ils se heurtaient, les responsables du programme mis en œuvre par le GSF en Inde ont procédé à une évaluation interne visant à mieux intégrer les besoins des femmes et des filles dans la planification et la mise en œuvre du programme.

Cette évaluation a permis de transformer la structure du programme, donnant ainsi aux agences de mise en œuvre la possibilité de se former aux questions d’égalité des sexes, et notamment à l’art d’approcher les hommes et les femmes et de communiquer avec eux de façon à ce qu’ils se sentent à l’aise avec la question de l’assainissement. Les femmes ont reçu des informations sur leurs droits fondamentaux dans le cadre du programme. Les garçons et les hommes ont appris que les femmes avaient des besoins différents des leurs, de façon à ce que les toilettes soient adaptées en fonction du sexe des utilisateurs. La construction de toilettes dotées d’un espace sûr et sécurisé pour changer les articles d’hygiène menstruelle et d’un accès à l’eau pour la toilette a été encouragée, et les femmes ont été consultées lors de la détermination de leur emplacement. Le programme a par ailleurs fait la promotion d’événements multipartites et mis en avant les difficultés liées à la conception d’articles d’hygiène menstruelle et de toilettes tenant compte de la dimension de genre.

Les recommandations émises à la suite de l’évaluation ont été partagées avec le ministère de l’Eau potable et de l’Assainissement. En 2013, à l’issue d’une campagne de plaidoyer du WSSCC, le ministère a modifié les Directives politiques Nirmal Bharat Abhiya afin d’y intégrer de nouvelles activités liées à la gestion de l’hygiène menstruelle.

Dans le district de Jhanjharpur, dans l’État du Bihar, où intervient le GSF, les femmes participent désormais davantage à la prise de décisions qui influencent les comportements, les attitudes et les pratiques liées à l’assainissement, suite à la création d’un comité féminin de suivi.

« Le fait d’axer les activités sur les femmes et sur leur rôle au sein de la société peut aider un nombre plus important de femmes et de groupes de femmes à diriger la mobilisation communautaire. Nous pensons par ailleurs pouvoir développer notre expérience en matière d’obtention du statut FDAL afin d’assurer la satisfaction d’autres besoins dans le village », explique une représentante du comité.

Le plaidoyer communautaire, la production de revenus et la mobilisation de ressources au service de l’assainissement durable

Credit: WSSCC/Alma Felic

Le programme financé par le GSF au Sénégal encourage l’organisation d’activités de production de revenus permettant aux femmes non seulement d’obtenir une source supplémentaire de revenus, mais aussi de jouer un rôle central dans le soutien au fonds du village.

À Wassacode, un village exempt de défécation à l’air libre (FDAL) de la région de Matam, au Sénégal, Seynabou (en photo) préside le comité WASH du village. Après avoir reçu une formation dispensée par l’Alliance des femmes pour la santé, l’éducation et les stratégies de prévention (WHEPSA), partenaire de mise en œuvre du GSF, elle a aidé les villageois, aux côtés d’autres femmes, à comprendre l’importance de se laver régulièrement les mains pour prévenir les maladies.

Les femmes soutiennent leur village et d’autres communautés grâce à la production locale de savon, qui leur permet d’améliorer leurs revenus personnels. Les recettes tirées de la vente de ces produits créent aussi des ressources supplémentaires pour le fonds du village, qui finance l’optimisation des installations sanitaires pour les plus vulnérables. Le statut FDAL ne pourra être maintenu que lorsque tous les membres de la communauté utiliseront des latrines. Une partie de ces fonds servent à venir en aide à ceux qui n’ont pas les moyens de financer leurs propres latrines.

Plus de 1 000 femmes ont bénéficié d’une aide à la fabrication du savon à des fins de production de revenus et de contribution au fonds de solidarité de la communauté. Le personnel de WHEPSA a également organisé une formation à la gestion de l’hygiène menstruelle. Tous les villages bénéficiant des interventions de WHEPSA depuis 2013, soit une centaine au total, ont réussi à maintenir leur statut FDAL à ce jour.

Annet, défenseure de l’assainissement au sein des collectivités locales ougandaises

Credit: WSSCC/Patrick England

Avec l’introduction par le Uganda Sanitation Fund, financé par le GSF, de différentes approches en matière de changement comportemental piloté par la communauté, des agents de vulgarisation passionnés se sont affirmés en tant qu’ardents défenseurs de la cause auprès de leurs pairs.

Annet Birungi est assistante sanitaire dans le district de Lira, et est devenue l’un des animateurs phares du Bureau de la santé du district. En tant que leader de son équipe, elle a accompagné 12 communautés dans leur démarche visant à mettre fin à la défécation à l’air libre.

Elle nous explique : « Après avoir assisté à la formation dispensée par le ministère de la Santé, je me suis assurée qu’une fois sur le terrain, j’obtiendrais les meilleurs résultats. Comme j’adore les communautés au sein desquelles je travaille, j’ai voulu approfondir mes connaissances sur cette nouvelle approche de l’assainissement total piloté par la communauté (ATPC). » Son enthousiasme pour son travail avec les communautés lui a très tôt valu le titre de chef d’équipe.

Annet noue des liens étroits avec les communautés grâce à la chanson, à la danse et à l’humour. Selon elle, pour être efficace, un animateur doit « avoir un bon sens de l’écoute, être aux côtés des communautés en soutenant l’émergence de technologies et d’initiatives locales, et faire preuve de flexibilité et d’innovation pour favoriser le changement comportemental ». Elle aide aujourd’hui ses collègues à renforcer leurs propres compétences.

Le ministère de la Santé lui a demandé son aide afin d’apporter une assistance technique à trois autres districts voisins. « Ma fierté, c’est de voir ces communautés vivre dans un environnement sain, et mon objectif, ce n’est pas seulement le statut FDAL pour Lira, mais pour tout l’Ouganda », conclut-elle.

En savoir plus sur les enseignements tirés par Annet et ses collègues de leur travail en Ouganda

Les programmes du Fonds mondial pour l’assainissement sont conçus pour intégrer les dimensions d’égalité des sexes et d’équité.

Related News

Obanliku Local Government Area (LGA) in Cross River State, Nigeria is the first of the 774 LGAs in the country to achieve open defecation free (ODF) status

Once we understand the complexities of slippage and the strategies to address it, how do we – as WASH practitioners – move forward?

The GSF invests in behaviour change activities that enable people to improve their sanitation

When WASH practitioners understand the patterns and causes of slippage, they can devise innovative strategies to avoid it.