Apprentissage, progrès, innovation: Promotion de l’assainissement et de l’hygiène à Madagascar

Date: 6th October 2015

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 8 [name] => Global Sanitation Fund [slug] => globalsanitationfund [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 8 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 136 [filter] => raw [term_order] => 3 [cat_ID] => 8 [category_count] => 136 [category_description] => [cat_name] => Global Sanitation Fund [category_nicename] => globalsanitationfund [category_parent] => 0 ) )
Photo: Soutenu par le GSF, le Fonds d’Appui pour l’Assainissement (FAA) œuvre par le biais d’Agences de Mise en Œuvre pour mener des activités d’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) au sein des communautés locales, en vue d’atteindre des résultats à grande échelle dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène. Crédit Photo: WSSCC/Katherine Anderson

Photo: Soutenu par le GSF, le Fonds d’Appui pour l’Assainissement (FAA) œuvre par le biais d’Agences de Mise en Œuvre pour mener des activités d’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) au sein des communautés locales, en vue d’atteindre des résultats à grande échelle dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène. Crédit Photo: WSSCC/Katherine Anderson

Téléchargez l’étude de cas complète ou explorez les sections suivantes.

Le contexte national
Le tout dernier rapport du Programme commun de surveillance du Fonds des Nations Unies pour l’enfance et de l’Organisation mondiale de la Santé fait état de statistiques révélatrices sur la situation de l’hygiène et de l’assainissement à Madagascar. Quelque 12 pour cent de la population malgache ont accès à un assainissement amélioré, alors que 18 pour cent ont accès à un assainissement partagé qui n’est pas amélioré et 30 pour cent ont accès à d’autres types d’assainissement non améliorés. En outre, 40 pour cent de la population pratique la défécation à l’air libre. L’amélioration de l’assainissement et de l’hygiène pour tous continue de représenter un défi majeur dans le pays, mais certaines innovations de la part des partenaires locaux bénéficiant de l’appui du Fonds mondial pour l’assainissement (GSF) contribuent fortement à l’amélioration de cette situation. En savoir plus

Photo: Les membres d’un groupe de plaidoyer local sur l’assainissement et l’hygiène dans le fokontany d’Anjalazala célèbrent l’atteinte de l’état FDAL. Crédit Photo: FAA/Nirina Roméo Andriamparany

Photo: Les membres d’un groupe de plaidoyer local sur l’assainissement et l’hygiène dans le fokontany d’Anjalazala célèbrent l’atteinte de l’état FDAL. Crédit Photo: FAA/Nirina Roméo Andriamparany

Le voyage de l’ ATPC
En milieu rural malgache, l’ATPC (Assainissement Total Piloté par la Communauté) est l’approche privilégiée pour éradiquer la pratique de la défécation à l’air libre, et ces actions orientent également les améliorations d’ensemble en matière d’assainissement et d’hygiène. L’ATPC a été introduit dans le pays en 2008, suite au succès que l’initiative a remporté en Asie. Le fondement de l’approche réside dans la création d’un environnement habilitant au sein duquel les communautés deviennent autosuffisantes et améliorent leur propre situation d’assainissement et d’hygiène, sans recours à une assistance extérieure.

Vidéo: ‘Déclenchement’ ATPC en action

Crédit: Channel Africa

En savoir plus

Photo: Déclencher le moment de réalisation chez les enfants de la commune de Mangarano, à l’aide de l’outil de cartographie de la défécation à l’air libre. Crédit Photo: FAA/Fano Randriamanantsoa

Photo: Déclencher le moment de réalisation chez les enfants de la commune de Mangarano, à l’aide de l’outil de cartographie de la défécation à l’air libre. Crédit Photo: FAA/Fano Randriamanantsoa

Innovations des méthodes de changements comportementaux en matière d’assainissement et d’hygiène
En tant que premier programme du GSF programme, le FAA a servi de terrain d’essai à diverses approches fondées sur l’essence de l’ATPC qui ont contribué à orienter l’apprentissage et la culture de partage du programme. Les Agences de Mise en Œuvre ont puisé dans tout un éventail d’approches au sein des communautés locales, partageant leurs défis et leurs succès avec toute l’équipe du FAA. Le système robuste d’apprentissage et de partage du FAA a permis d’évaluer le potentiel de mise en œuvre à plus grande échelle de nombre de ces approches, et certaines sont devenues des meilleures pratiques, tant à Madagascar qu’ailleurs. La présente étude de cas souligne trois approches qui font partie des meilleures pratiques et ont été évaluées et employées par le programme du FAA : Follow-up MANDONA, gouvernance locale et institutionnelle et marketing de l’assainissement.

Follow-up MANDONA

Inspiré par les approches au déclenchement ATPC, le Follow-up MANDONA cherche à aider les communautés à accélérer leur atteinte de l’état FDAL et à commencer à élaborer des mécanismes de gouvernance locale en faveur de la durabilité. En savoir plus

Pérennisation des changements comportementaux collectifs par le biais de la gouvernance locale et institutionnelle

Gouvernance locale
La pérennisation du changement de comportement représente l’un des défis majeurs du secteur de l’assainissement et de l’hygiène. Il est difficile de soutenir le niveau d’efforts intensifs des Agences de Mise en Œuvre du FAA et leur présence sur le terrain à long terme, en conséquence de quoi il est possible que les communautés retombent dans la pratique de la défécation à l’air libre ou qu’elles adoptent d’autres pratiques peu hygiéniques. En outre, la nécessité d’atteindre une couverture d’assainissement à grande échelle et des comportements hygiéniques, et l’exigence de normes minimales que les latrines doivent respecter ne font que compliquer le défi que pose la pérennisation. Au sein du FAA, le concept de gouvernance locale est apparu comme une solution. En savoir plus

Photo: Les activités d’assainissement et d’hygiène comptent parmi les travaux prioritaires des travaux communautaires réguliers qui portent le nom « asam-pokonolona ». Sur cette photo, un leader naturel du village d’Ampitambe tient un registre sur l’assainissement dans lequel sont consignées toutes les mesures d’assainissement prises par la communauté dans le cadre des travaux « asam-pokonolona ». Crédit Photo: WSSCC/Matilda Jerneck

Photo: Les activités d’assainissement et d’hygiène comptent parmi les travaux prioritaires des travaux communautaires réguliers qui portent le nom « asam-pokonolona ». Sur cette photo, un leader naturel du village d’Ampitambe tient un registre sur l’assainissement dans lequel sont consignées toutes les mesures d’assainissement prises par la communauté dans le cadre des travaux « asam-pokonolona ». Crédit Photo: WSSCC/Matilda Jerneck

Gouvernance institutionnelle
Dans le cadre du processus de gouvernance, les Agences de Mise en Œuvre cèdent progressivement leurs responsabilités aux institutions locales telles que les municipalités et les autorités locales, afin de veiller à ce qu’il y ait une appropriation totale des initiatives dans le domaine de l’assainissement et de l’hygiène de la part de la communauté locale. Ceci implique d’aider les institutions à améliorer leur leadership technique, financier et organisationnel lié au maintien de l’état FDAL. En savoir plus

Photo: Le déclenchement institutionnel est réalisé alors que les autorités nationales se réunissent pour mettre fin à la pratique de la défécation à l’air libre à Madagascar d’ici 2019. Depuis le centre gauche : le Président de la République de Madagascar Hery Rajaonarimampianina, le Directeur exécutif du WSSCC Chris Williams, le Premier ministre Jean Ravelonarivo, la Ministre de l’Eau de l’Assainissement de l’Hygiéne Johanita Ndahimananjara, et la Présidente du Mécanisme de Coordination de Programme du GSF Michèle Rasamison. Crédit Photo: FAA/ Nirina Roméo Andriamparany

Photo: Le déclenchement institutionnel est réalisé alors que les autorités nationales se réunissent pour mettre fin à la pratique de la défécation à l’air libre à Madagascar d’ici 2019. Depuis le centre gauche : le Président de la République de Madagascar Hery Rajaonarimampianina, le Directeur exécutif du WSSCC Chris Williams, le Premier ministre Jean Ravelonarivo, la Ministre de l’Eau de l’Assainissement de l’Hygiéne Johanita Ndahimananjara, et la Présidente du Mécanisme de Coordination de Programme du GSF Michèle Rasamison. Crédit Photo: FAA/ Nirina Roméo Andriamparany

Marketing de l’assainissement : des approches à moindre coût aux améliorations technologiques
La Banque mondiale estime que plus de 95 pour cent de la population malgache vit avec moins de 2 $ par jour. Cette situation est susceptible d’être liée à la crise politique prolongée qu’a connue le pays de 2009 à 2014 et qui a paralysé l’économie de l’île. En outre, le pays est en proie à un certain nombre de dangers naturels tels que les cyclones, les incendies et les sécheresses, ce qui entraîne souvent des famines. C’est dans ce contexte que le FAA a abordé le marketing de l’assainissement qui applique les approches de marketing social et commercial pour augmenter l’offre et la demande en installations d’assainissement améliorées. En savoir plus

Photo: Par le biais d’approches en faveur du changement de comportement collectif, le FAA qui est soutenu par le GSF, contribue à accroître la demande en produits d’assainissement et d’hygiène, ce qui est loin de déplaire à ce commerçant local. Crédit Photo: WSSCC/Katherine Anderson

Photo: Par le biais d’approches en faveur du changement de comportement collectif, le FAA qui est soutenu par le GSF, contribue à accroître la demande en produits d’assainissement et d’hygiène, ce qui est loin de déplaire à ce commerçant local. Crédit Photo: WSSCC/Katherine Anderson

Réflexions sur la pérennisation
À maints égards, le programme FAA est un programme pionnier qui débouche sur une mise à échelle presque sans précédent en Afrique. Ce niveau d’accomplissement comporte bien évidemment son lot de défis, comme par exemple ceux liés à la pérenissation, à la fiabilité et à la cohérence du suivi. En ce qui concerne toute rechute ou retour aux comportements peu hygiéniques d’antan de la part des foyers, le FAA et le GSF accordent en général une grande importance à vérifier comment des communautés semblent retourner à la pratique de la défécation à l’air libre et les raisons qui sous-tendent cette rechute. Un certain nombre d’études internes ont par conséquent été commandées à Madagascar, tant dans le cadre des procédures standard du GSF qu’en sus de celles-ci. Trois études récentes menées par le Contrôleur de programme du pays du GSF, l’Agence d’Exécution du programme, et le Mécanisme de coordination de Programme ont signalé des rechutes mais à des taux différents. Les différences des conclusions semblaient se rapporter aux définitions de FDAL – le retour à la pratique de la défécation à l’air libre contre l’adhésion aux critères très rigoureux relatifs aux latrines protégées contre les mouches du programme – ainsi qu’à des différences de méthodologie. En savoir plus

Écoutez un podcast sur le programme au Madagascar financé par le Fonds Mondial pour l’Assainissement (GSF)

Related News

WSSCC will be presenting papers on equality, real-time learning and best practice

The GSF-supported UMATA programme is championing behaviour change at national level to drive Tanzania’s sanitation campaign

The simple message is … Stop Feeding Freddy! Freddy explains the oral-faecal link, encouraging people to live open defecation free

Téléchargez le Rapport D’Avancement pour en savoir plus sur les résultats, l’impact et les activités du GSF