Première formation des formateurs sur la gestion de l’hygiène menstruelle en Afrique de l’Ouest et du Centre

Date: 22nd July 2014

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 411 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 411 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

Saly, le 21 Juillet 2014 – Première formation de ce type en Afrique de l’ouest et du centre, la formation des formateurs sur la gestion de l’hygiène menstruelle s’est ouverte à Saly (Sénégal). Organisée en partenariat avec le PEPAM (Programme Eau Potable et Assainissement pour le Millénaire, du Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement du Sénégal), cette formation s’inscrit dans le cadre du programme conjoint Genre, Hygiène et Assainissement du Conseil de concertation pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement (WSSCC) et d’ONU Femmes.

L’objectif est de bâtir un cadre de formateurs qui puissent pousser cette question afin qu’elle soit réellement intégrer dans les politiques publiques avec des budgets liés. Cette prise en compte peut être de manière préventive ou curative, mais elle doit être institutionnelle. Ainsi, les ministères de l’hydraulique et de l’assainissement, de la santé, de l’éducation, de la femme, les collectivités locales, des organisations de la société civile, l’organisation ouest africaine pour la santé (OOAS) et autres ont pris part à la formation.

Dr Maxime Houinato, Directeur adjoint ONU Femmes Afrique de l’Ouest et du Centre a indiqué lors de la cérémonie d’ouverture la « nécessité de considérer ce programme comme une priorité. La question de l’hygiène menstruelle est essentiellement une question de genre car elle implique des différenciations entre les deux sexes. Les questions de désavantages de la femme liés à l’hygiène menstruelle sont principalement des questions d’accès et de droits ». En matière de définition de la  politique publique, l’Etat devra ériger au rang de priorité la gestion de l’hygiène menstruelle au regard du nombre très important de personnes concernes par cette problématique.

« ONU Femmes a jugé qu’il était important d’apporter son poids politique pour que l’Etat accorde à cette question la place qui lui revient dans les politiques et les budgets. Cette question interroge les politiques de l’éducation, la façon dont l’enseignement prépare les personnes concernées à l’hygiène, du point de vue des processus mais aussi des droits liés. Il s’agit de la compréhension du phénomène des menstruations chez la petite fille, la connaissance des droits et la capacité d’interroger les politiques tant au niveau local et national. Les risques liés à la méconnaissance de la gestion de l’hygiène menstruelle sont réels ».

Mme Archana Patkar, Cheffe du Programme Réseautage et Gestion de connaissances a rappelé que l’hygiène menstruelle était un point d’entrée permettant de toucher d’autres questions de développement dans les secteurs de l’éducation, de l’environnement, de la santé, etc. « Plus d’un milliard de femmes dans le monde sont concernées par les menstruations tous les mois, selon de études récentes. »Nous souhaitons articuler cette question d’une façon très claire. La gestion des menstruations doit se faire avec dignité et sûreté pour une vie saine et productive. Le cycle de vie de la femme. « Nous souhaitons outiller les formateurs afin qu’ils puissent pousser cette question sur le terrain. » a indiqué Mme Patkar, qui va mener la formation sur cinq jours.  

Mr Amadou Diallo, coordonnateur  du PEPAM et conseiller technique auprès du ministère de l’hydraulique et de l’assainissement a rappelé que la création du PEPAM indique le niveau de priorité important accordé à l’eau et à l’assainissement au niveau étatique. « Aujourd’hui les performances en matière d’assainissement sont mitigées. Plus de 300 millions de personnes en Afrique n’ont toujours pas accès à l’assainissement. Il est important de développer de nouvelles stratégies pour prendre en compte les besoins de tous. En 2013, nous avons démarré un partenariat avec ONU Femmes pour prendre en compte les questions d’institutionnalisation du genre dans ce secteur. »

« Le programme conjoint vient renforcer la dynamique dans laquelle nous nous sommes engagés. Une chose est de réaliser les ouvrages mais l’autre est qu’ils soient utilisés et entretenus. Dans certaines zones du Sénégal, nous avons conçu des ouvrages qui n’étaient pas utilisés par les femmes car elles devaient les partager avec les hommes. Des toilettes séparées sont devenues nécessaires. Au-delà des séparations de boxes, il a fallu intégrer des rampes d’accès pour les personnes à mobilité réduite. Nous avons aussi noté que les ouvrages dans les écoles permettent effectivement d’améliorer la fréquentation des écoles par les filles. »

« Les connaissances acquises lors de cet atelier permettront d’améliorer la politique sectorielle et le passage à l’échelle. Nous souhaitons intégrer cette dimension dans la révision de la politique sectorielle et les manuels d’ouvrage, » a déclaré Mr Diallo.

La formation des formateurs s’achève le 25 juillet 2015. Elle fait suite à une opération de recueil de données réalisée dans la région de Louga où plus de 600 jeunes filles et femmes de la région de Louga ont été interrogées sur leur gestion de l’hygiène menstruelle et ont participé au labo GHM.

Galerie photos: Ouverture de la formation des formateurs sur la gestion de l’hygiène menstruelle s à Saly (Sénégal)

WSSCC et ONU Femmes publient un bulletin trimestriel sur le programme « Genre, Hygiène et Assainissement ». Pour être ajouté à la liste de diffusion, veuillez prendre contact avec Mme Rockaya Aidara à Rockaya.Aidara@wsscc.org.

Related News

The 7th South Asian Conference on Sanitation (SACOSAN VII) kicks off on 10 April 2018 in Islamabad, Pakistan. SACOSAN Is a powerful agent for sanitation and hygiene progress in South Asia and in recent years has highlighted, in particular, the voices, and needs, of people in vulnerable situations. This year, the Freshwater Action Network South […]

Editor’s Note: For the last month, the Freshwater Action Network South Asia (FANSA), WaterAid and WSSCC have facilitated national level consultation meetings with marginalized communities to identify key issues and messages to be represented at SACOSAN, the South Asian Conference on Sanitation and Hygiene, which takes place 10-14 April 2018 in Islamabad, Pakistan. This blog […]

Editor’s Note: For the last month, the Freshwater Action Network South Asia (FANSA), WaterAid and WSSCC have facilitated national level consultation meetings with marginalized communities to identify key issues and messages to be represented at SACOSAN, the South Asian Conference on Sanitation and Hygiene, which takes place 10-14 April 2018 in Islamabad, Pakistan. This blog […]

Editor’s Note: For the last month, the Freshwater Action Network South Asia (FANSA), WaterAid and WSSCC have facilitated national level consultation meetings with marginalized communities to identify key issues and messages to be represented at SACOSAN, the South Asian Conference on Sanitation and Hygiene, which takes place 10-14 April 2018 in Islamabad, Pakistan. This blog […]