Des journalistes se rassemblent à Cotonou pour placer les engagements africains en matière d’eau et d’assainissement sous le feu des projecteurs

Date: 18th February 2014

Array ( [0] => WP_Term Object ( [term_id] => 1 [name] => Uncategorised [slug] => uncategorised [term_group] => 0 [term_taxonomy_id] => 1 [taxonomy] => category [description] => [parent] => 0 [count] => 411 [filter] => raw [term_order] => 5 [cat_ID] => 1 [category_count] => 411 [category_description] => [cat_name] => Uncategorised [category_nicename] => uncategorised [category_parent] => 0 ) )

 

À moins d’un an de l’échéance des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), des journalistes en Afrique portent un regard critique sur les progrès accomplis par les gouvernements africains en vue d’améliorer l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène, ainsi que sur les défis persistants posés par ce secteur prioritaire. Cette semaine, plus de 40 journalistes et autres parties prenantes se rassemblent à l’occasion d’un atelier des médias régionaux organisé par le Conseil de concertation pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement (WSSCC) à Cotonou, au Bénin.

Au niveau mondial, le taux de défécation à l’air libre a sensiblement réduit mais des disparités notables sont observées entre les différentes régions. Selon le rapport 2013 du Programme Commun de Surveillance de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), « dans les régions de l’Asie orientale, de l’Asie du sud-est et de l’Amérique Latine et des Caraibes, on a constaté une diminution régulière par rapport aux premières années relevées par le JMP donnant un aperçu de la situation en 1990. En Asie du Sud, le nombre de personnes déféquant en plein air a atteint un pic vers 1995 pour diminuer ensuite. Ce n’est qu’en Afrique subsaharienne qu’il continue à augmenter.»

En matière d’approvisionnement en eau également, des disparités demeurent. « Sur 2.1 milliards de personnes qui ont accédé à des points d’eau améliorés depuis 1990, près de deux tiers soit 1.3 milliards étaient des citadins. A la fin de 2011, 83% des personnes sans accès à des points d’eau améliorés étaient des ruraux. » Les femmes ont généralement à charge d’approvisionner les ménage en eau, mais dans certains cas, celle-ci n’est pas potable. De récentes études ont levé le voile sur les difficultés qu’elles rencontrent, surtout dans les zones rurales. Celles-ci incluent, mais ne se limitent pas : au temps perdu à aller chercher de l’eau ou un endroit discret où déféquer, ce qui a des répercussions économiques et sociales ; à la discrimination ; ainsi qu’aux risques sanitaires liés à une mauvaise gestion de l’hygiène menstruelle.

S’adressant aux participants lors de la cérémonie d’ouverture de cette réunion régionale, Amanda Marlin, Cheffe du Programme Plaidoyer et Communication du WSSCC, a expliqué que ce retard quant à la réalisation des objectifs WASH pose d’énormes défis tant en milieu rural qu’en milieu urbain. « Nous le

savons, le manque d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable pose des problèmes sanitaires et économiques pour les individus comme pour les communautés. L’écart en termes de distribution et de fourniture de services entre le monde rural et le monde urbain constitue un véritable défi. Les OMD nous ont aidés à obtenir d’excellents résultats, mais des progrès restent encore à faire. Malheureusement, nous ne sommes pas sur la bonne voie pour atteindre la cible relative à l’assainissement. Il est essentiel que nous réduisions et que nous éliminions les inégalités. »

Dans un contexte de mobilisation mondiale en vue du programme de développement pour l’après-2015, le WSSCC place cette tâche inachevée au coeur des discussions. Cet atelier régional se déroule à l’Azalaï Hôtel de la Plage à Cotonou du 18 au 20 février 2014. Il est organisé en partenariat avec le ministère de la Santé du Bénin et le Partenariat pour le Développement Municipal. Il rassemble 40 participants, dont 30 journalistes du Réseau de journalistes WASH en Afrique de l’Ouest présents dans 13 pays d’Afrique de l’Ouest.

Related News

The 7th South Asian Conference on Sanitation (SACOSAN VII) kicks off on 10 April 2018 in Islamabad, Pakistan. SACOSAN Is a powerful agent for sanitation and hygiene progress in South Asia and in recent years has highlighted, in particular, the voices, and needs, of people in vulnerable situations. This year, the Freshwater Action Network South […]

Editor’s Note: For the last month, the Freshwater Action Network South Asia (FANSA), WaterAid and WSSCC have facilitated national level consultation meetings with marginalized communities to identify key issues and messages to be represented at SACOSAN, the South Asian Conference on Sanitation and Hygiene, which takes place 10-14 April 2018 in Islamabad, Pakistan. This blog […]

Editor’s Note: For the last month, the Freshwater Action Network South Asia (FANSA), WaterAid and WSSCC have facilitated national level consultation meetings with marginalized communities to identify key issues and messages to be represented at SACOSAN, the South Asian Conference on Sanitation and Hygiene, which takes place 10-14 April 2018 in Islamabad, Pakistan. This blog […]

Editor’s Note: For the last month, the Freshwater Action Network South Asia (FANSA), WaterAid and WSSCC have facilitated national level consultation meetings with marginalized communities to identify key issues and messages to be represented at SACOSAN, the South Asian Conference on Sanitation and Hygiene, which takes place 10-14 April 2018 in Islamabad, Pakistan. This blog […]